Groupe International consacré à la recherche ufologique et à l'inexpliqué.Fondé par des gens sérieux désirant humblement prendre la relève du grand maître que fut Jimmy Guieu.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» DabeMoobbynox
Lun 1 Aoû - 0:46 par Invité

» x-Hack hack you
Dim 31 Juil - 23:23 par Invité

» how to add fans on facebook xj
Dim 31 Juil - 13:22 par Invité

» Pregnancy Symptoms
Dim 31 Juil - 10:05 par Invité

» buy fans on facebook f9
Dim 31 Juil - 6:16 par Invité

» Pregnancy Symptoms
Dim 31 Juil - 3:00 par Invité

» nuptenioffepeSS
Mar 26 Juil - 15:10 par Invité

» Un site en homme à Jimmy Guieu
Lun 10 Aoû - 12:46 par Invité

» Une nouvelle pandémie est née...?
Lun 27 Avr - 20:21 par spaceboy

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



Partagez | 
 

 le contrôle de la "liberté"...étrange ,mais vrai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 13/01/2008
Age : 63
Localisation : L'Assomption,Québec,Canada

MessageSujet: le contrôle de la "liberté"...étrange ,mais vrai   Jeu 12 Fév - 20:20

J'ai pris ma retraite de l'Université de Montréal en septembre dernier après près de 35 ans de services. Mon département ayant exprimé le désir que je continue à donner un cours en choix d'investissement, j'ai accepté de bon gré et on m'a offert un contrat de chargé de cours que j'ai signé.

J'ai été informé quelques jours plus tard que je devais signer également le formulaire d'adhésion au syndicat des chargés de cours (SCCCUM), apparaissant au bas du formulaire de contrat. En effet, l'Université s'est engagée (article 4.01 de la convention collective) à forcer tous les chargés de cours à adhérer librement au syndicat. J'ai refusé de signer le faux aveu: «Je, soussigné, donne librement mon adhésion au [SCCCUM - FNEEQ - CSN]», même si j'acceptais de payer la cotisation syndicale.

J'ai été informé quelques jours plus tard que je ne pourrais pas être payé si je n'adhérais pas au syndicat. J'ai alors avisé l'administration que j'allais donner mon cours gratuitement.

Par ailleurs, je faisais face à un problème informatique dans la gestion du site Web de mon cours. Curieusement, je ne pouvais communiquer avec mes étudiants par courriel, car l'adresse commune type pour le faire n'était pas activée. La direction de l'Université m'envoyait certes des mises à jour de la liste des étudiants inscrits à mon cours, mais sans jamais me fournir leurs courriels, comme c'était le cas dans les années passées. J'ai pensé qu'il s'agissait d'un bogue temporaire.

Comme cette anomalie perdurait, j'ai demandé à la direction de mon département de veiller à faire corriger ce bogue. On m'a répondu que l'Université ne me permettrait pas de communiquer avec mes étudiants par l'adresse courriel commune si je n'adhérais pas «librement» au syndicat!

Pour éviter que mes étudiants ne subissent les conséquences d'une telle situation, j'ai finalement signé le formulaire et déclaré faussement que j'adhérais librement au syndicat.

La convention collective prévoit qu'un chargé de cours peut, dans un délai de 30 jours suivant la signature de son contrat et de son adhésion «libre» au syndicat, écrire une lettre à ce dernier demandant sa désaffiliation. Désirant me prévaloir de cette possibilité, j'ai découvert que ni la convention collective ni le formulaire de contrat, où apparaissait pourtant la déclaration d'adhésion «libre» au syndicat que l'université m'avait obligé à signer, ne donnaient l'adresse à laquelle cette lettre devait être envoyée. J'ai finalement décidé d'écrire au vice-recteur adjoint aux affaires professorales lui demandant d'acheminer à son collègue du syndicat ma demande de désaffiliation.

Comment la direction de l'Université de Montréal a-t-elle pu en arriver à trouver normal de forcer un chargé de cours à signer une fausse déclaration disant qu'il adhère librement au syndicat et tout aussi normal de l'empêcher, s'il refuse de signer cette fausse déclaration, de pouvoir communiquer par courriel avec ses étudiants? Une université, vraiment?
Source :le devoir,12 février 2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://defenseursterre.onlc.fr
 
le contrôle de la "liberté"...étrange ,mais vrai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» "A ton coeur fatigué, à nos travers de liberté" - Lukas
» KELLY ? "si j'devais lever mon verre à tous les enfoirés que j'connais, j'resterais figée pour toujours comme la statue de la liberté."
» Equipe N°2 : " Qui se connaît une prison connaît aussi la liberté "
» SGU "Air" 1x01-02-03 [SPOILERS!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fraternité des Porteurs du Futur :: Ufologie Générale :: Conspiration :: LA CONSPIRATION DANS L'ANTIQUITÉ-
Sauter vers: