Groupe International consacré à la recherche ufologique et à l'inexpliqué.Fondé par des gens sérieux désirant humblement prendre la relève du grand maître que fut Jimmy Guieu.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» DabeMoobbynox
Lun 1 Aoû - 0:46 par Invité

» x-Hack hack you
Dim 31 Juil - 23:23 par Invité

» how to add fans on facebook xj
Dim 31 Juil - 13:22 par Invité

» Pregnancy Symptoms
Dim 31 Juil - 10:05 par Invité

» buy fans on facebook f9
Dim 31 Juil - 6:16 par Invité

» Pregnancy Symptoms
Dim 31 Juil - 3:00 par Invité

» nuptenioffepeSS
Mar 26 Juil - 15:10 par Invité

» Un site en homme à Jimmy Guieu
Lun 10 Aoû - 12:46 par Invité

» Une nouvelle pandémie est née...?
Lun 27 Avr - 20:21 par spaceboy

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



Partagez | 
 

 11 sept.2001=rien n'est prouvé! (part.5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
spaceboy



Messages : 14
Date d'inscription : 01/01/2009
Age : 33
Localisation : montréal,Québec,Canada

MessageSujet: 11 sept.2001=rien n'est prouvé! (part.5)   Mar 27 Jan - 4:09

Quant aux restes des suspects qui auraient précipité les vols AA11 et UA175 contre les tours Jumelles, une porte-parole du Bureau d’Examen médical de New York, où eut lieu l’identification des victimes du W.T.C. affirma avoir reçu en février 2003 de la part du FBI « le profil [NdT : génétique ?] des dix pirates au complet … afin que leurs restes soient séparés de ceux des victimes » et ajouta qu’ « aucun nom n’accompagnait ces profils. Nous les avons comparés et nous avons établi un rapport entre deux de ces profils et les restes que nous avions » [69]. En 2005, le nombre d’échantillons qui avaient collé avait augmenté : trois [70]. A nouveau, l’unité médicale de criminalistique de Robert Shaler à New York ne pouvait les identifier par nom. Comme l’écrivait Shaler : « Pas de noms, juste un code K, façon pour le FBI de désigner les gens connus [NdT : « knowns » en anglais ], ou les spécimens dont il connaît la provenance ». « Bien entendu, nous ne savions pas directement comment le FBI avait obtenu l’ADN des terroristes ».

Il n’y eut pas d’explication sur l’origine des profils de ces dix personnes, la façon dont le FBI se les était procurés, la raison pour laquelle il avait fallu tant de temps avant de pouvoir les soumettre en vue d’identifier les corps, ni sur la raison pour laquelle ils ne pouvaient pas être reliés à des noms.

L’absence d’identification tangible des restes humains des pirates présumés, combinée à l’absence de traçabilité de ces restes signifie que les autorités US ne sont pas parvenues à prouver que les pirates présumés étaient décédés le 11 septembre sur lesdits sites de destruction.

5. Conclusion

Comme il a été démontré plus haut, les autorités US n’ont pas réussi à prouver que les dix-neuf accusés pour le crime de masse du 11/9 étaient montés à bord des avions censés avoir été utilisés pour commettre leur crime. Nulle liste de passagers originale ou certifiée comme étant authentique et contenant leurs noms n’a été produite ; on ne connaît personne qui les ait vus monter à bord ; aucun enregistrement vidéo n’a archivé leur embarquement ; il n’y a à notre connaissance aucun coupon de carte d’embarquement apportant la preuve qu’ils aient embarqué dans les appareils ; et il n’existe aucune preuve que les prétendus pirates soient vraiment morts sur les lieux des crashs que l’on sait, parce que leurs restes n’avaient pas été formellement identifiés et que la traçabilité de ces restes avait été rompue.



Dans les mois qui ont suivi le 11-Septembre, les médias importants rapportèrent qu’au moins cinq des pirates présumés vivaient en fait dans divers pays arabes [71]. Ces informations donnèrent lieu à des spéculations sur les réelles identités de quelques-uns de ces pirates. Voici un extrait d’une dépêche d’Associated Press datée du 3 novembre 2001, qui est bien représentatif de ce qu’on lisait alors : « Le FBI a dévoilé les noms et les photos des pirates à la fin du mois de septembre. Les noms étaient sur les manifestes des listes de passagers des avions et les enquêteurs étaient sûrs qu’il s’agissait bien des noms que les pirates avaient utilisés quand ils étaient entrés aux USA. Mais il subsistait des doutes quant à savoir s’il s’agissait de leur véritable identité. Le FBI n’a pas divulgué les noms qui étaient à confirmer, et [le directeur du FBI] Mr. Mueller n’a pas fourni de plus amples renseignements sur l’identité des pirates que ce qu’il avait déjà déclaré aux journalistes ». La Commission sur le 11/9 n’a absolument pas abordé ces doutes et ces informations parlant des « pirates en vie ».

Le 14 septembre 2001, le FBI dévoila les noms des dix-neuf « individus qui ont été identifiés comme des pirates qui étaient à bord des quatre avions détruits le 11 septembre 2001 » [72]. Le 27 septembre 2001, le FBI publia les photographies de ces dix-neuf individus. En retrait par rapport à son communiqué sans réserve du 14 septembre, le nouveau communiqué de presse affirmait que les photographies étaient seulement celles que le FBI « croyait être celles des pirates des quatre avions » [73]. Cependant, pour la plupart, et malgré le fait que le FBI avait à sa disposition des formulaires de demande de visa et d’autres documents précis, aucune information sur la date et le lieu de leur naissance ou sur leur adresse n’était donnée. Le site du FBI porte cet avertissement : « Il faut remarquer que des efforts sont toujours menés pour confirmer la véritable identité de ces individus ». Ce communiqué du 27 septembre 2001 est toujours d’actualité en 2008, puisque la page n’a pas été mise à jour depuis sa première mise en ligne. Par conséquent, la désignation officielle des présumés pirates par le gouvernement des USA reste la même. Il en résulte, concernant l’identification des criminels désignés, une importante différence entre la position officielle du gouvernement US, reflétée par le site du FBI, et la version assénée en direction du peuple par les politiciens et les médias sur la culpabilité de dix-neuf musulmans pour meurtre de masse le 11/9. La Commission sur le 11/9 a soigneusement évité la question de l’identité présumée des pirates. Il faut ajouter, cependant, que l’affirmation ci-dessus est volontairement trompeuse, parce qu’il n’y a pas de preuve que quiconque ait réellement détourné les avions de ligne pour les écraser là où l’on sait.

Tout le monde n’est pas convaincu que l’exposé qui précède règle la question de savoir si des musulmans fanatiques ont vraiment détourné les avions du 11/9. Certains prétendent qu’en fait des passagers appelant depuis les avions ont décrit les pirates comme des Arabes et ont même mentionné leurs numéros de places. De tels indices transmis électroniquement auraient renforcé les allégations officielles si ils avaient été étayés au préalable par des preuves solides de première importance, démontrant que les pirates étaient bien montés dans les avions et étaient décédés sur les lieux des crashs. Puisque ces preuves de première importance n’existent pas, des éléments d’importance secondaire ne peuvent être tenus comme la preuve de la présence de ces « pirates de l’air » dans les avions. Un autre argument qui est opposé est que l’homme qui prétend être le fameux Khalid Cheikh Mohammed, détenu dit-on dans la base de Guantanamo, a avoué être le cerveau qui a dirigé les attaques du 11/9. Là encore, faute de preuves de premier ordre que les dix-neuf pirates sont bien montés dans des avions qu’ils sont censés avoir détournés et écrasés, de telles affirmations venant de quelqu’un dont l’identité est enveloppée de mystère et qui n’était pas témoin des événements du 11/9 ne peuvent l’emporter sur des preuves essentielles.

Plus de sept ans se sont écoulés depuis les événements du 11/9. Durant toutes ces années, le gouvernement US a eu assez de temps pour apporter des preuves qui identifieraient ceux qui sont montés dans les avions et les ont détruits, s’il y en eut. Si le récit officiel du 11/9 avait été vrai, le gouvernement US, plus que tout autre, aurait publié à grands renforts médiatiques ces preuves pour démontrer une bonne fois pour toute au monde l’identité des criminels. Personne d’autre que le gouvernement US n’aurait autant bénéficié de la publication de ces preuves.

D’un point de vue théorique, il est certes possible que le gouvernement US possède les preuves qui étayeraient ses accusations contre les dix-neuf « pirates » désignés, mais cette possibilité s’amenuise de plus en plus à mesure que le temps passe. L’absence totale d’éléments prouvant la culpabilité des musulmans pour le crime du 11/9 incite à formuler les observations suivantes :

a) Etant donné l’absence de preuves que les dix-neuf musulmans désignés aient été coupables du crime du 11/9, il est inconcevable d’avancer que des musulmans (ou qu’Al Qaïda) aient commis ce crime. De telles accusations ou insinuations se ramènent à de la calomnie voire à de l’incitation à la haine raciale.

b) Vu les politiques malfaisantes que le gouvernement US a menées sur la base de preuves soi-disant secrètes, il est politiquement irresponsable d’accorder le bénéfice du doute à ce gouvernement en supposant qu’il existe, bien que cela demeure caché, des preuves à charge contre des musulmans pour le crime du 11/9.

c) L’absence totale de preuves qu’il y ait eu embarquement dans les quatre avions dits écrasés le 11/9, ajoutée au refus du gouvernement US de prouver formellement sa version, justifient les soupçons qu’il ait été complice du crime du 11/9 et des obstacles qui furent mis à l’enquête.

Le crime du 11/9 a servi à justifier deux guerres d’agression menées par les USA, ainsi qu’une « guerre contre le terrorisme » globale et illimitée, l’imposition du Patriot Act, l’espionnage du public, et de nombreuses et sérieuses violations du droit international. De nombreux gouvernement ont été complices dans ces violations et ont fait leurs les mensonges US sur les événements du 11/9. La confiance continuelle dans la version officielle à propos du 11/9 menace donc la paix et la sécurité internationales. L’exposé qui précède devrait amener tous ceux qui se préoccupent des violations des droits de l’homme et de la menace qui pèse sur la paix et la sécurité internationales à se joindre à ceux qui exigent que la vérité soit totalement faite sur les événements du 11/9.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
11 sept.2001=rien n'est prouvé! (part.5)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Azar frappe toujours deux fois ! [Pv Senroji Raiki]
» Rien de mieux qu'un enfant pour rendre le sourire ... Part II [Nahla Maluka]
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan]
» Vraie Raison du Départ de Batista

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fraternité des Porteurs du Futur :: Ufologie Générale :: Conspiration :: 911-Le complot réussi des Bush-
Sauter vers: