Groupe International consacré à la recherche ufologique et à l'inexpliqué.Fondé par des gens sérieux désirant humblement prendre la relève du grand maître que fut Jimmy Guieu.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» DabeMoobbynox
Lun 1 Aoû - 0:46 par Invité

» x-Hack hack you
Dim 31 Juil - 23:23 par Invité

» how to add fans on facebook xj
Dim 31 Juil - 13:22 par Invité

» Pregnancy Symptoms
Dim 31 Juil - 10:05 par Invité

» buy fans on facebook f9
Dim 31 Juil - 6:16 par Invité

» Pregnancy Symptoms
Dim 31 Juil - 3:00 par Invité

» nuptenioffepeSS
Mar 26 Juil - 15:10 par Invité

» Un site en homme à Jimmy Guieu
Lun 10 Aoû - 12:46 par Invité

» Une nouvelle pandémie est née...?
Lun 27 Avr - 20:21 par spaceboy

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



Partagez | 
 

 11 sept.2001=rien n'est prouvé! (part.4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
spaceboy



Messages : 14
Date d'inscription : 01/01/2009
Age : 33
Localisation : montréal,Québec,Canada

MessageSujet: 11 sept.2001=rien n'est prouvé! (part.4)   Mar 27 Jan - 4:06

L’absence de témoignages sur l’étape de l’embarquement peut peut-être se comprendre au vu d’un certain nombre d’anomalies. Nous avons pu vérifier nous-même ce qu’un enquêteur indépendant, Gerard Holmgren, découvrit en 2003, à savoir que selon les bases de données du BTS au ministère des Transports des USA (DoT), les vols AA11 et AA77 n’étaient pas du tout censés voler le 11 septembre 2001, alors qu’ils l’étaient les jours d’avant et les jours d’après [49]. Après qu’Holmgren eût publié ses découvertes sur internet, le DoT ajouta en tout hâte des données correspondant aux vols AA11 et AA77 le 11/9, manipulant de la sorte de manière frauduleuse des archives officielles pour les mettre en accord avec le récit officiel sur ce crime. Une autre anomalie a aussi été découverte : selon la base de données du BTS, l’avion censé s’être écrasé au Pentagone (le vol AA77 avec pour numéro de queue N644AA) n’a pas du tout décollé de l’aéroport de Washington D.C. Dulles, comme cela a été rapporté officiellement [50]. Une troisième anomalie est que selon ce que rapportèrent d’abord les médias, le vol AA11 serait parti de la porte d’embarquement n°26, alors que ce vol-là part normalement de la porte 32 [51]. La commission sur le 11/9 affirmait cependant que le vol était parti de la porte n°32. Aucune explication ne fut donnée sur ces informations contradictoires. Des récits de témoins auraient facilement permis de résoudre ces contradictions. L’absence ou la disparition de témoignages de ce type laisse donc penser que ce qui arriva à l’heure de l’embarquement est un secret bien gardé, dont la révélation aiderait à résoudre l’énigme entourant le 11-Septembre.

Si personne ne dit avoir assisté à l’embarquement, des caméras de sécurité l’auraient-elles enregistré ? Apparemment, aucun des trois supposés aéroports de départ de l’opération du 11/9 n’avait de caméras de surveillance au niveau des portes d’embarquement. Si bien qu’il n’existe ni témoignage visuel ni enregistrement vidéo du processus d’embarquement. En clair, cela signifie qu’on a empêché les familles des passagers et des membres de l’équipage de ces vols de savoir ce qu’il était advenu de ceux à qui ils tenaient, ce matin-là dans ces trois aéroports. Il n’est toujours pas sûr qu’ils soient effectivement montés dans les avions.

Pourtant, l’opinion publique reste convaincue que les vidéos de surveillance des embarquements ont été montrées à la télévision. En fait, ce qu’on montra au monde entier ne fut pas l’embarquement à bord des quatre avions mais deux vidéos, l’une enregistrée à Portland, et l’autre à Dulles. La vidéo de Portland est censée nous montrer les pirates présumés Atta et Alomari avant qu’ils ne montent à bord d’un avion les reliant à Boston. Pour peu que cette vidéo soit authentique et nous montre effectivement lesdits individus, elle ne montre pas ce qu’ils ont pu faire une fois arrivés à Boston. L’autre enregistrement proviendrait du poste de contrôle de l’aéroport de Dulles, à Washington D.C., d’où serait, dit-on parti le vol AA77.


La vidéo de Portland fournie par le FBI. Notez la différence d'horaires sur l'écran ( 5h45 et 5h53)




La vidéo de Dulles Airport, Washington. De gauche à droite Nawaf Alhazmi, Khalid Almihdhar et Hani Hanjour. [Source: FBI, comme d'habitude]


La vidéo de Dulles : selon le FBI, elle montre les frères Salem (chemise blanche) et Nawaf Alhazmi (chemise bleue) passant le contrôle de sécurité.



Selon l’ensemble des sources disponibles, l’aéroport de boston Logan n’avait pas la moindre caméra de surveillance le 11/9, que ce soit aux points de contrôle ou au-dessus des portes d’embarquement [52]. Et apparemment personne ne conteste cela. Selon les membres de la Commission sur le 11/9, l’aéroport international de Newark d’où le vol UA93 est censé avoir décollé, ne disposait pas non plus d’un tel équipement [53]. Mais cela est contredit par le président d’American International Security Corporation, Michael Taylor, qui affirme que des caméras de sécurité avaient été installées dans cet aéroport [54]. Reste la vidéo qui fut largement diffusée et qui montrerait les prétendus pirates du vol AA77 en train de passer les contrôles de sécurité de l’aéroport de Washington Dulles. Cet enregistrement n’a pas été montré par le gouvernement de son plein gré, mais fut obtenu à l’arrachée en 2004 par le biais de la Freedom Of Information Act [55] . Cette vidéo est disponible sur différents sites internet [56].

Le responsable de la sécurité à l’aéroport de Washington D.C. Dulles, Ed Nelson, confia aux auteurs Trento et Trento que peu de temps après qu’ils étaient arrivés à l’aéroport, les agents du FBI confisquèrent une caméra de sécurité à une zone de contrôle où étaient passés les présumés pirates avant d’embarquer : « Ils enlevèrent la cassette sur le champ (…) Ils m’emmenèrent pour la regarder. Ils montrèrent directement le premier pirate et l’identifièrent. Ils savaient qui étaient les pirates parmi des centaines de gens passés aux checkpoints. Ils disaient « avance, arrête », et me montraient chacun des pirates (…) Ca m’a époustouflé qu’ils aient déjà identifié les pirates (…) On pouvait passer librement par les détecteurs de métaux et beaucoup de gens passaient au travers. Si bien qu’y sélectionner des gens était difficile (…) Je voulais savoir comment ils avaient obtenu ces informations. Si rapidement. Pour moi, cela ne tenait pas debout » [57].

Jay Kolar, qui a publié une analyse critique de cette vidéo [58], fit remarquer qu’elle ne montrait ni la date ou l’heure et l’enregistrement, ni le numéro de la caméra. Normalement, les caméras de sécurité enregistrent ces informations d’identification automatiquement. Il remarqua encore d’autres anomalies telles que l’éclairage anormalement vif (ce qui implique que l’enregistrement n’a pas été réalisé durant la matinée) et le fait qu’un homme avait manipulé la caméra afin de zoomer sur des personnes en particulier (ce qui indique qu’il connaissait à l’avance ces personnes). Sa conclusion est que quelqu’un a volontairement décidé de filmer certaines personnes lorsqu’elles étaient en train de passer un point de contrôle à un moment précis afin de pouvoir apporter ensuite « des preuves ». La vidéo qui fut diffusée ne montre pas d’autres passagers passer pour les mêmes contrôles. En dehors de la provenance suspecte de cet enregistrement, on ne voit pas qui a embarqué dans les avions mais seulement un groupe d’individus en train de passer un contrôle quelque part à une heure inconnue.

Selon Lewis Schiliro, ancien assistant directeur du bureau du FBI pour le secteur de New York, cité par le New York Times du 13 septembre 2001, les agents du FBI « ont examiné les vidéos de douzaines de caméras dans les trois aéroports où les terroristes avaient pris l’avion » [59]. Or selon le rapport des responsables de la Commission sur le 11/9, à l’aéroport Logan, « les zones aux contrôles de sécurité et aux portes [NdT : d’embarquement] n’étaient pas couvertes par des équipements de vidéosurveillance à ce moment-là » [60]. L’une de ces déclarations doit être fausse.

3. Pas de cartes d’embarquement

Afin de s’assurer que tous les passagers qui se sont présentés à l’enregistrement sont bien montés à bord des avions, le personnel de l’aéroport a pour habitude de détacher le coupon de chaque carte d’embarquement et de faire le compte de ces coupons. Ceux-ci portent les noms des passagers. Le rapport des responsables de la Commission sur le 11/9 [61] précise bien que Mohammed Atta a reçu une « carte d’embarquement » à l’aéroport de Portland, mais garde le silence à ce propos pour les vols AA11, AA77, UA175 et UA93, comme si des documents de ce genre n’existaient pas. A la note de bas de page 62 du chapitre I de son Rapport final, la Commission sur le 11/9 mentionne avoir reçu « des copies des cartes d’embarquement électroniques pour le vol 93 » et à la note 74 « des copies des cartes d’embarquement pour le vol 93 ». Aucun de ces documents n’a été communiqué au public. Selon le rapport des responsables de la Commission sur le 11/9 « les données enregistrées pour le vol 11 indiquaient que des passagers avaient embarqué après que l’avion eut quitté la porte »[62]. On ignore de quels passagers il est question et si leurs noms apparaissent sur une liste officielle.

4. Les restes des corps des pirates n’ont pas été identifiés

Selon le récit officiel, les dix-neuf pirates kamikazes sont morts sur les lieux des crashs au World Trade Center, au Pentagone et près de Shanksville en Pennsylvanie. Pourtant, il n’y a pas de preuves tangibles qu’ils l’aient été. Rien n’indique que le FBI ait, comme il se doit pour les affaires criminelles, effectué en bonne et due forme une procédure de traçabilité [63] des restes humains, entre le moment où on les trouva et le moment où on finit par s’en débarrasser. La Commission sur le 11/9 n’a pas fait allusion à une quelconque documentation de ce type.

Des fonctionnaires non identifiés dirent au Times (G.B.) en octobre 2001 qu’ils s’attendaient à ce que les corps des responsables suspectés pour le 11/9 soient identifiés « par un processus d’élimination » [64]. Ils ne dirent pas pourquoi ils ne s’attendaient pas à une identification formelle de ces corps.

Chris Kelly, le porte-parole de l’Institut de Pathologie des Forces Armées (AFIP), là où s’effectua l’identification des corps des victimes des vols AA77 et UA93, a dit que les autorités avaient des réticences à vouloir se séparer des corps des pirates : « Nous ne savons pas exactement ce qu’il en sera d’eux, il y a très peu de chances que l’on fasse l’effort d‘atteindre les familles jusque chez elles » [65]. Il n’expliqua ni pourquoi aucun effort ne serait fait pour localiser les familles des pirates présumés, ni pourquoi l’AFIP ne serait pas en mesure de faire une comparaison avec les échantillons d’ADN retrouvés à des endroits où les prétendus pirates auraient vécu. Pourtant dès le 16 septembre 2001, on pouvait apprendre que la famille du supposé pirate Ziad Jarrah au Liban était « prête à coopérer avec les autorités ». Ses membres ne croyaient pas aux allégations voyant en Ziad un terroriste. Les autorités US ne répondirent pas à cette offre de coopération. A la mi-août 2002, une nouvelle information sur les restes des victimes indiquait que l’ADN n’avait toujours pas été vérifié en raison du fait qu’ « il avait été prêté peu d’attention aux restes des terroristes » [66]. Alors que l’AFIP déclarait avoir formellement identifié les restes de l’ensemble des passagers « innocents » et ceux du personnel navigant, elle n’identifia aucune partie du corps d’aucun pirate présumé. Kelly déclara plus tard que « les restes humains qui ne correspondaient à aucun relevé étaient ceux des terroristes » [67]. Le coroner (NdT : fonctionnaire chargé de déterminer les causes d’un décès) du comté de Somerset, Wallace Miller, affirma que « les certificats de décès [des pirates présumés] seraient classés comme étant ceux d’anonymes [NdT : « John Doe » en anglais] » [68].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
11 sept.2001=rien n'est prouvé! (part.4)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Azar frappe toujours deux fois ! [Pv Senroji Raiki]
» Rien de mieux qu'un enfant pour rendre le sourire ... Part II [Nahla Maluka]
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan]
» Vraie Raison du Départ de Batista

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fraternité des Porteurs du Futur :: Ufologie Générale :: Conspiration :: 911-Le complot réussi des Bush-
Sauter vers: